mercredi 8 juillet 2009

Pour le pluralisme scolaire

Cette étude a été réalisée par Philipe Nemo, ancien élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud et l'un des meilleurs spécialistes de notre système éducatif. Docteur d’État en lettres et sciences humaines, professeur à l’ESCP-EAP (ancienne École supérieure de commerce de Paris), directeur du Centre de recherches en philosophie économique de l’ESCP-EAP, maître de conférences à HEC, il est l’auteur de Pourquoi ont-ils tué Jules Ferry ? (1991), et de nombreux ouvrages très remarqués de philosophie et d’histoire.

Résumé :

Pour le pluralisme scolaire est un projet de réforme du système scolaire qui vise à créer un nouveau type d’écoles : des écoles autonomes, mais financées par la collectivité.

La Suède a déjà adopté une telle réforme en 1992, avec d’excellents résultats. Non seulement elle a permis d’élever considérablement le niveau d’éducation des élèves, mais cette réforme s’est faite sans aucune entorse au principe d’égalité des enfants devant l’éducation.

Un système d’écoles autonomes financées par la collectivité a également été introduit récemment, sous des formes proches, en Belgique et aux Pays-Bas et, sous d’autres formes, en Suisse et en Grande Bretagne.

Ce n’est pas un hasard. En effet, correctement conçu, ce système permet d’offrir :
  1. un accès à tous les enfants sans condition de ressources financières,
  2. un cursus adapté aux besoins de chacun,
  3. une protection contre toute dérive politique, idéologique ou sectaire,
  4. une gestion rigoureuse des fonds publics,
  5. une forte responsabilisation des parents, des chefs d’établissements et des enseignants.

Tout cela sans coût supplémentaire pour le budget de la Nation.

Le projet tient compte de toutes les contraintes législatives, réglementaires et pratiques liées à sa mise en œuvre en France.

Télécharger l’étude complète : Pour le pluralisme scolaire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire